J'ai testé pour vous...

J’ai testé pour vous… Les livres de Sonia Djebaili

Shumbalé et le palmier ensorcelé

Conte pour petits et grands de la Collection Contes Africains, ce livre vous fera vivre la plus folle journée de Shumabalé, jeune berger passionné par son palmier qui ne lui donne aucun fruit.

Un jour, alors qu’il contemple son arbre, insatisfait, Shumbalé aperçoit un vieil homme au loin. Il l’invite à s’asseoir près de lui et se plaint.

ca3rmcuw4aabmfv

« Maman je veux lire Shumbalé et le palmier ensorcié » (ce sont ses propres mots !) me demande ma princesse de 2 ans. Elle prends le livre et s’installe sur le fauteuil. Elle tourne les pages et raconte l’histoire, avec ses mots. Alors je sais ! Je connais ces moments ! Ce livre l’a marqué, il lui a plus. Pareil pour ma grande lorsque quelque jours plus tôt, elle s’est installée avec sa sœur pour lui « lire » le livre. Succès garanti. 

img_1771

Pour ma part j’ai beaucoup aimé cette histoire venue d’ailleurs. Elle a une belle morale, les illustrations sont jolies et il n’y a pas de représentations. On se plonge volontiers dans l’intrigue et on a hâte de connaître le dénouement. 

♦♦♦♦♦

La panse de laine

d0ba13_78f30820804f4cc696e7d85b2e85e02a-1

Warda, Niyya, et Melha vivent aux pieds de leurs montagnes chaouies à une époque où les hommes voyageaient beaucoup et où les femmes n’avaient peur de rien. Un matin, seules, sans leur oncle, les trois sœurs reçoivent une curieuse visite. Des étrangers à cheval s’arrêtent devant leur porte et demandent l’hospitalité. Sans attendre une réponse des jeunes filles, voilà que les hommes se mettent à l’aise à l’arrière de la maison. Chacun prend place sur le tapis au milieu de coussins multicolores bordant un bel arbre. A l’intérieur de la maison, les trois sœurs, chacune avec son caractère bien à elle, réagissent différemment à cette installation précipitée. Qui sont ces cavaliers mystérieux? Que veulent-ils? Mais surtout quel sort leur réservent les jeunes filles. « La panse de laine » est le premier tome d’un conte berbère imaginaire pour petits et grands lecteurs.

J’ai pu également lire son second livre. Là encore, l’histoire nous emporte du début jusqu’à la fin. Personnellement quand je lit un livre, si je n’accroche pas dès les premières pages je n’y prends aucun plaisir, et je n’arrive pas à continuer ma lecture. Je n’ai donc qu’une phrase à dire : J’ai terminé le livre d’une traite ! Je vous laisse donc juger par vous même.  

♦♦♦♦♦

L’auteure

 Je vous laisse faire sa connaissance à travers ces quelques questions. 

Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Salam alaikoum wa rahmatuLahi wa barakatuj,

Je m’appelle Sonia Djebaili. J’ai 42 ans et je suis auteure de contes pour enfants et rédactrice web free-lance. Maman de 5 enfants, j’écris depuis que mes enfants sont tous petits. Aujourd’hui, j’en ai fait mon métier walhamdouliLahi.

En dehors de mes livres, on peut me lire sur internet comme sur le média en ligne Ajib, Coran-français ou Avenue des sœurs, entre autres. J’écris aussi pour des E-commerces et des développeurs Web, mais pas que ! Des surprises se préparent pour vous les mamans.

Comment avez-vous su que vous vouliez être écrivain ? 

Je ne pense pas être un écrivain. Juste quelqu’un qui aime écrire. C’est déjà bien. On ne s’auto-proclame pas écrivain du jour au lendemain.

Comme je le cite sur mon blog mes-id-mots.com, j’écoutais souvent ma mère me raconter les péripéties de son enfance quand moi-même j’étais enfant. J’étais tellement passionnée par ses récits que je lui disais : « maman, quand je serai grande, toi tu me raconteras et moi j’écrirai ».

Qu’est-ce que vous avez commencé par écrire ? Quand  ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

C’est tout d’abord lorsque mes enfants étaient petits que j’ai vraiment commencé à écrire des histoires. Je faisais moi aussi l’IEF à mon fils aîné et la première histoire que je voulais lui raconter, j’avais à coeur que ce soit la mienne. J’en écrivais même pour les apprentissages scolaires. J’en ai encore quelques unes…

En général, c’était jamais à un moment bien précis que j’écrivais. Je sautais sur une feuille au moindre son ou événement qui m’inspirait. L’idée partait de là mais le reste n’était que travail car je voulais voir naître cette histoire. C’est assez mystérieux cette notion d’inspiration.

Sur quoi avez-vous commencé à écrire (thématique) ? Pourquoi cet objet ?

Les sentiments toujours ! Je passe par des sujets divers pour parvenir à rendre hommage à un beau comportement ou un sentiment mal mené dans la vie. D’abord, une phrase mal prononcée ou plutôt un sonorité perçue comme africaine alors que je n’avais juste pas bien entendu la phrase murmurée à l’autre bout de la pièce. Ou alors, une dispute ridicule qui finit en fou rire, ou, mes souvenirs de vacances. Tout cela me mène à parler de fainéantise, comme dans Shumbalé et le palmier ensorcelé, ou de la colère et encore de la peur de l’inconnu comme dans La panse de laine. Parfois ce sont des sujets bien plus sérieux voire tristes…je ne sais pas si je les publierai un jour ceux-là.

Avez-vous écrit autre chose que des romans (poèmes, essais, etc.), autre chose que des livres (des articles de presse, dans des revues, etc.…) ?

Les livres que j’écris pour enfants ne sont que des contes pour l’instant, mais un roman est prévu incha Allah. Là, je viens de finir l’écriture d’un roman fictif pour musulmans. Je ne dis que ça ! Ce n’est pas pour enfants cette fois-ci.

Que voulez-vous transmettre à travers vos livres ?

L’espoir, absolument. Que derrière chaque difficulté, il y a forcément un beau côté à voir, à rechercher. De la positivité !! On en a besoin et les enfants encore plus dans ce monde souvent si obscure.

A qui sont destiné vos œuvres ?

Mes livres sont tout-public. Les musulmans comme non musulmans peuvent les lire car il y a une jolie morale accessible à tous. Même si le mot «ensorcelé» dans le titre d’un de mes livres peut prêter à confusion pour certains, les sujets traités sont universels et je ne prône pas la sorcellerie dans mes textes sobhanAllah !

Où peut-on trouver vos livres ? Vos livres se trouvent-ils en librairie et savez-vous lesquelles ? À combien d’exemplaires vos livres ont-ils été tirés ? Certains ont-ils été réédités ?

Mes livres ne sont plus disponibles sur Amazon, depuis que je les ai ré-édités à 100 exemplaires chacun, pour m’occuper de leur production et promotion. Ils sont en vente pour le moment sur mon site mes-id-mots.

En ce qui concerne le livre « Shumbalé et le palmier ensorcelé » : Est-ce que vous avez écrit ce livre pour une occasion particulière ou pour témoigner de quelque chose en particulier ?

Comme je le disais plus haut, c’est à l’occasion d’un son entendu de loin que j’ai eu l’idée de ce livre. Pas une raison particulière. Par contre, en l’écrivant, j’ai voulu parler de la valeur du travail et de son importance. Rien n’arrive en rêvant.Alors se plaindre et rester, spectateur dans sa vie n’apporte pas de solution.

Même en islam, le tawakul ‘ala Llah ne veut pas dire se plaindre.

Le tawakul ‘ala Llah c’est être productif, positif…et avoir confiance en Allah.

Puisse Allah accepter nos intentions, nos œuvres et nos invocations. Amine et puisse t-Il vous récompenser pour cette interview.

Retrouvez sans plus attendre Sonia Djebaili et ses magnifiques contes sur son site

Mes-Id-Mots

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s